Bienvenue sur le blog de lecture d'Alcapone

Le Visage Vert - Numéro 21


Objet emblématique de la littérature fantastique, le masque de terreur figurera au centre d'un dossier foisonnant conçu par l'essayiste Michel Meurger, qui lui consacre une étude truffée de faux-semblants, de pièges diaboliques et de rebondissements des plus inattendus ". Ainsi que l'annonce cet extrait de l'édito, ce numéro du Visage vert se consacre au thème du masque : objet de tous les fantasmes, instrument de la terreur, prétexte aux simulacres, symbole de forces occultes ou incarnations de croyances religieuses, le masque inspire la crainte, suscite la curiosité ou force le respect. Dans son dossier intitulé Le secret du masque, Michel Meurger lève le voile sur quelques mystères de cet objet à la fois obscur et diabolique. Le sujet étant vaste, l'essayiste porte à notre connaissance de nombreuses références aussi pointues qu'érudites. La sélecttion des textes qu'il a d'ailleurs concocté pour ce numéro du Visage vert vous procurera certainement quelques frissons !


Ah ! Le masque et ses mystères ! Mais que se cache t-il derrière cet objet aux multiples facettes ? Voilà un ambitieux défi que s'est lancé le Visage vert. Impossible évidemment de couvrir le sujet en quelques 190 pages. On remarquera pourtant le travail très documenté de Michel Meurger sur la question : qui parmi nous n'a jamais porté de masque ? Qu'il soit matérisalisé par l'objet ou qu'il se substitue à une facette de la personnalité, le masque est présent dans tous les arts et dans toutes les cultures. Pas étonnant qu'il ait donné lieu à tant de mythes et de croyances. L'étude proposée par Michel Meurger fourmille de sources et exemples sur le sujet. A tel point qu'il est difficile pour le lecteur de se retrouver dans le dédale des codes et représentations passés en revue par l'essayiste. Pour ce qui est de la sélection des fictions, c'est un pur régal pour le lecteur de (re)découvrir les textes de John Bedot, Lafcadio HearnMarcel SchwobRichard MarshBodo Wildberg ou Nicholas Royle. Chaque récit dans son style (exceptés les deux nouvelles de John Bedot et celui de Lafcadio Hearn), prête au masque des fonctions bien distinctes : instrument de dissimulation, de soumission ou de pouvoir, le masque recèle bien de secrets que les quelques textes proposés dévoilent avec talent. Étrangement, ce sont les textes de John Bedot (qui n'abordent pas le thème du masque) qui m'ont le plus marqué (on trouve quelques-unes de ses nouvelles gratuitement sur Google books) ainsi que celui de Nicholas Royle (Le leurre). Ce numéro 21 est à mon sens, une vraie réussite. De cette revue, que j'ai découvert au gré de mes errances internautiques et dont j'ai dégotté par hasard le dernier numéro à la librairie Le regard moderne, je n'ai lu que ce numéro mais j'en redemande. On remarquera en outre, le remarquable travail des Éditions du Visage Vert dédié à la littérature fantastique et dont je recommande la découverte à tous... A noter également entre autres superbes illustrations, celles de Marc Brunier-Mestas, qui parsèment la revue ainsi que les biographies des auteurs en fin d'ouvrage.

Une hallucination, conte médical - John Bedot
Homme d'affaire accompli et père de famille aimant, le héros de cette histoire est du jour au lendemain, victime de symptômes étranges : souffrant manifestement d'hallucinations et de troubles de la personnalité, l'homme est persuadé que l'étranger qui passe tous les soirs devant chez lui une lanterne à la main n'est autre que... lui-même : "L'homme à la lanterne figurerait-il la raison qui inquiète, tenant à la main, la raison, chassée du logis et qui, cherchant à se réunir au corps affolé, rôde sans cesse aux alentours ? ou bien représente t-il la folie qui arrive apportant une fausse lumière ?" p.30. Cette nouvelle datant de 1859, qui n'est pas sans évoquer Le journal d'un fou de Gogol, dégage un atmosphère inquiétante digne des plus grands textes du genre. John Bedot, auteur suisse peu connu du XIXe siècle aborde ici le thème du double avec brio.

Pantagruelion ou le Chanvre-Cauchemar - John Bedot
Se languissant de Marthe la fileuse de chanvre, le héros de cette nouvelle publiée pour la 1ere fois en 1860, s'abandonne par ennui aux délires du cannabis, autrement appelé par Rabelais sous le nom de pantagruelion. Se réfugiant dans la cour à la rêverie dans les vapeurs cannibiques, le héros part à la conquête de la belle. Rencontres saugrenues et voyages immobiles, le prétendant de Marthe en proie à de vertigineuses hallucinations, expérimente de façon cauchemardesque, les Paradis artificiels si chers à Baudelaire. Parfaitement déconcertant, ce texte met à l'honneur dans un style inimitable, l'excellente prose de John Bedot.

Hi-Mawari - Lafcadio Hearn (traduit de l'anglais par Anne-Sylvie Homassel)
Expression furtif souvenir d'enfance, ce texte inédit de Lafcadio Hearn, nous rappelle l'éditeur, "donne de l'enfance de Hearn un éclairage quelque peu différent de celui qu'apportent d'autres fragments autobiographiques, et les interprétations qui ont suivi."p.64. J'avais découvert cet auteur irlandais par le biais du livre Hommes et destins de Stefan Zweig sans avoir jamais rien lu de lui. Ce texte court ne m'a pas permis de m'approprier l'écriture de Lafcadio Hearn. A noter que Hi-Mawari est le nom japonais de la fleur de tournesol.

Le secret du masque - Michel Meurger
Malgré quelques digressions qui ont nui à ma compréhension du texte, cette étude de Michel Meurger est véritablement un texte de référence sur la question. Le spécialiste des " interférences entre la nature et la culture, du savoir positif et des constructions imaginaires ", aborde avec érudition le sujet au risque de perdre le lecteur novice. Pourtant, Le secret du masque est une mine d'or pour les passionnés. Abordé sous l'angle de la littérature (cf. les textes sélectionnés mais voir également Le masque d'or de Sax Rohmer, les Cavaliers du bouc, les sociétés à masque...), mais aussi sous celui de l'iconographie (Le masque de Fu Manchu de Théodore Benda) et du cinéma (Le masque du démon de Mario Bava), le masque prend sous la plume passionnée de Michel Meurger des formes multiples et revêt des représentations insoupçonnées. Cette étude est à lire et à relire !!!

Les faulx-visaiges - Marcel Schwob
Ce texte de Marcel Schwob fait état de ces " figures nocturnes " qui hantaient les campagnes et qui terrorisaient les paysans au XVe siècle : vols, meurtres, viols et crimes en tous genres, ces bandits agissaient masqués pour inspirer la terreur mais également pour conserver l'anonymat. " Mais ces hommes de nuit se distinguaient des autres par une habitude terrifiante et inconnue : ils avaient leurs visages couverts de faux-visages. Or ces faux visages étaient noirs, camus, à lèvres rouges, ou portant de longs becs arqués, ou hérissés de moustaches sinistres, ou laissant pendre sur le collet des barbes bariolées, ou traversant la figure d'une seule bande sombre entre la bouche et les sourcils, ou semblant une large manche de jaque nouée par en haut, avec des trous par où on voyait les yeux et les dents." p.117. Parmi eux, se cachaient paraît-il, des nobles ayant trahi Charles VII, roi de France ou Henri VI, roi d'Angleterre. Cet exemple des " faulx-visaiges " illustre à juste titre quelques-uns des sombres offices permis par le port du masque (anonymat) et contribue largement à colporter sa réputation démoniaque. A noter que ce texte est disponible sur un site consacré à l'oeuvre de Marcel Schwob. A découvrir également Le roi au masque d'or (cf. 1ere de couverture ci-contre), recueil de nouvelles fantastiques de Marcel Schwob.

Le masque - Richard Marsh (traduit de l'anglais par Jean-Daniel Brèque)
Un homme est détroussé dans un train après s'être fait drogué. Quelques temps après cet incident, il se rémémore avec frayeur les étranges événements dont il a été victime. Qui est le gentleman avec qui il discutait dans le train ? Qui est cette ravissante Jaymes qui parle de créer un masque humain parfait ? Qui est Mary Brooker cette folle criminelle qui s'est délibérément chauffé le visage au tison pour échapper à la police ? Est-ce un rêve ? Quel est le secret du masque ? La réponse se trouve peut--être dans la première phrase de la nouvelle : "Les perruquiers ont porté leur art à une telle perfection qu'il est difficile de distinguer les faux cheveux des vrais. Pourquoi ne ferait-on pas preuve du même talent dans la confection d'un masque ? Dans un sens, notre visage n'est rien qu'un masque." p.123. Déguisement ou instrument de tromperie, le masque permet aussi de jouer sur les multiples facettes d'une même personne. Cette nouvelle de Richard Marsh traduit habilement cette fonction du masque.

L'oeil du masque de pierre - Bodo Wildberg (traduit de l'allemand par Élisabeth Willenz)

Gerda est une jeune fille audacieuse qui un jour pour épater son cousin, décide de défier les fantômes et de provoquer le côté obscur de la nature : "Tu vois ce visage ? demanda Gerda. Je vais vérifier dès à présent si une créature de ce genre est capable de me persécuter si je lui inflige les pires outrages !" p.155. Symbole d'une puissance surnaturelle et occulte, le masque perpétue certaines angoisses liées à l'imaginaire collectif.

Le leurre - Nicholas Royle (traduit de l'anglais par Jean-Daniel Brèque)

Cette nouvelle aborde le masque et la psychologie du leurre : un jeune professeur rencontre régulièrement un singulier personnage et son chien sur son itinéraire de métro. Il est terrifié par cet homme qui porte un masque aux yeux peints. : " Je voulais savoir ce qui cachait le masque. Avait-il seulement des yeux ? Étaient-ils ouverts ou fermé ? (Fermés sûrement). A quoi ressemblaient-ils ? Étaient-ils identiques à ceux peints sur le masque ? Lui avaient-ils jadis permis  de voir ou étaient-ils aveugle de naissance ? Valait-il mieux naître aveugle et ainsi n'avoir jamais conscience de ce que l'on manquait ? Ou bien avoir perdu la vue, comprendre ainsi son sort et pouvoir faire appel à ses souvenirs ? Serait-ce une source d'angoisse ou de réconfort." p.167. Quel lien existe t-il entre l'aveugle, la prof avec qui il entretient une aventure, la fauconnerie, le complexe d'Oedipe et la théorie du regard de Lacan ?

  • Titre : Le visage vert - Revue de littérature
  • Numéro : 21 - Novembre 2012
  • Éditions : Le visage vert
  • Date de parution : Novembre 2012
  • Nombre de pages : 190 p.
  • ISSN : 1280-77-88
Partager cet article :

Enregistrer un commentaire