Bienvenue sur le blog de lecture d'Alcapone

1Q84 - Livre 2 - Haruki Murakami

Ce Livre 2 confirme le sentiment du lecteur à propos des liens puissants qui unissaient secrètement Tengo et Aomamé. Après vingt longues années d'attente, les destins des deux héros se recroisent pour le meilleur et le pire dans une nouvelle temporalité, celle de 1Q84. Pour reprendre la quatrième de couverture du livre, "Certaines questions ont trouvé leurs réponses. D'autres subsistent : qui sont les Little People ? Comment se fraient-ils un chemin vers le monde réel ? Pourquoi deux lunes dans le ciel ? Et la chrysalide de l'air, est-elle ce lieu où sommeille notre double ?" Ce Livre 2 apporte en effet des réponses. Les personnages secondaires du premier livre réapparaissent : la vieille dame qui commandite les assassinats, son garde du corps, Tamaru, Ayumi, l'amie policière d'Aomamé, la maîtresse et le père de Tengo, le leader des Précurseurs, tous concourrent volontairement ou non au glissement de la réalité de l'année 1984 vers celle de 1Q84. Ce monde parallèle avec ses deux lunes, ses Little People et ses chrysalides de l'air, s'impose de façon irrémédiable et il est maintenant trop tard pour revenir en arrière...

Là où le Livre 1 - Avril-Juin posait le décor du roman, l'auteur accélère dans ce Livre 2 le rythme de son récit : les événements s'enchainent rapidement mais toujours avec cette particularité purement "murakamienne" si je peux me permettre, c'est à dire toujours avec une certaine indolence. Les histoires dans les histoires se désemboitent et l'intrigue se dévoile sans pudeur. Malheureusement un peu trop à mon goût. En effet, l'on passe du surréalisme à la fiction et ceci sans ménagement : alors que le Livre 1 maintenait cette atmosphère étrange où l'on pouvait se projeter de façon concrète, le Livre 2 bascule franchement dans la fiction et cela m'a gênée. Evidemment, le lecteur ne reste pas sur sa faim car il trouve des réponses à ses questionnements, mais personnellement, la magie du 1er livre s'est envolée avec le glissement franc vers la fiction. Les deux lunes, le passage de la voie expresse empruntée par Aomamé dans le 1er livre, laissaient la place à l'imagination. Mais du moment où Murakami a décidé de mettre en scène les Little People et leur chrysalide de l'air, cela m'a gâché mon plaisir. Pour tout dire, ce deuxième volet m'a déçue à la façon d'un soufflé qui retombe. Et ce, même si je dois reconnaître que cela ne m'a pas empêchée de poursuivre ma lecture jusqu'au bout. Par ailleurs, certains passages distillés ça et là dans le texte, m'ont un peu agacée. En fait, j'ai eu l'impression à la lecture de ce deuxième tome que Murakami prêtait trop attention au message qu'il voulait transmettre à ses lecteurs, et ce, au détriment de l'histoire : avec une espèce de pédagogie que je n'avais pas noté dans le Livre 1, ni d'ailleurs dans l'autre roman que j'avais lu de l'auteur (Chroniques de l'oiseau à ressort), Murakami "oriente très brutalement" son lecteur vers la fiction et cette frontière si tenue entre la réalité et l'imaginaire que j'avais tant apprécié dans le Livre 1, a disparu. Un peu comme si le travail d'imagination avait été prémaché par l'auteur. La correspondance avec 1984, le roman de Georges Orwell s'est d'ailleurs diluée et je trouve cela dommage car il me semblait que c'était justement l'argument marketing de ce roman (je précise d'ailleurs que Murakami n'a pas besoin de ça pour vendre). Bref, ainsi que vous l'aurez compris, ce deuxième tome (pourtant très agréable à lire et accessible) ne m'a pas autant séduit que le premier livre. Je ne résisterai pourtant pas à lire le Livre 3 au moins pour connaître la fin de l'histoire... Et j'espère sincèrement que la lecture du Livre 3 l'emportera sur mon impression mitigée...

Pour vous procurer le livre via Amazon, rendez-vous sur le lien suivant : 1Q84, Livre 2 : Juillet-Septembre.

Extraits :
Le sacré, c'est ce qu'il y a de plus essentiel à la fois, pour toutes les croyances. Il existe un territoire où nous ne devrions pas pénétrer dans ce monde. où nous ne devons pas nous risquer à pénétrer. Reconnaître son existence, l'accepter, lui porter un respect absolu, c'est le premier pas de toutes les fois. p. 165
La plupart des hommes ne cherchent pas une vérité démontrable. Dans bien des cas, la vérité, comme vous l'avez dit, s'accompagne d'une grande souffrance. Et presque personne ne cherche des vérités douloureuses. Ce dont les hommes ont besoin, c'est quelque chose de beau, d'agréable, qui leur fait croire, au moins partiellement, que leur existence a du sens. C'est sur ces bases que les religions se sont constitutées. p. 249 
Exactement comme dans Les frères Karamazov, l'épisode entre le diable et le Christ, dit Aomamé. Le Christ se livre dans le désert à des exercices rigoureux, et le diable lui demande de faire un miracle. Changer la pierre en pain. Mais le Christ l'ignore. Le miracle n'est qu'une séduction du diable. p. 259 
L'enfant avançait à une allure lente mais tout à fait pertinente. Les lecteurs marchaient avec elle, voyaient ses yeux. Tout se faisait naturellement. Et avant même qu'ils aient eu le temps de s'en apercevoir, ils avaient pénétré dans un autre monde. Un monde qui n'était  pas celui d'ici. Un monde où les Little People tissaient une chrysalide de l'air. p. 415 


  • Auteur : Haruki Murakami
  • Titre : 1Q84 - Livre 2 Juillet-Septembre
  • Traducteur : Hélène Morita avec la collaboration de Yôko Miyamoto
  • Editeur : Belfond
  • Date de parution : Août 2011
  • Nombre de pages : 529 p.
  • Couverture : Détail d’une photo. Tohoku Color Agency - Getty  images
  • ISBN : 978-2-7144-4984-9

Partager cet article :

Enregistrer un commentaire