ie Gavrilo Princip, L'homme qui changea le siècle - Henrik Rehr - Les embuscades littéraires d'Alcapone
Bienvenue sur le blog de lecture d'Alcapone

Gavrilo Princip, L'homme qui changea le siècle - Henrik Rehr

Comme une sombre prophétie, ces quelques mots d'Otto von Bismarck ont probablement hanté l'esprit de certains à l'époque : "L'Europe d'aujourd'hui est une poudrière, et ses dirigeants sont comme des hommes qui fument dans un arsenal... Une simple étincelle risque de déclencher une explosion qui nous consumera tous... Je ne peux pas vous dire quand cette explosion se produira, mais je peux vous dire où... c'est dans les Balkans qu'une espèce de fou dérangé mettra le feu aux poudres." (citation de l'ouvrage). Et il avait quelque part raison si ce n'est que Gavrilo Princip n'était pas fou. Le 28 juin 1914 est une date clé de l'Histoire dont nous nous souvenons tous comme étant celle de l'assassinat de l'Archiduc François Ferdinand. Mais peu d'entre nous connaissons l'histoire de Gavrilo Princip, l'homme qui changea le siècle. D'où venait-il ? Pourquoi a t-il commis ce meurtre ? Comment son crime a t-il entrainé l'Europe puis le monde entier dans la 1ère Guerre Mondiale ? Autant de questions auxquelles on trouvera quelques réponses à la lecture de cette belle biographie illustrée de Henrik Rehr qui revient sur les causes de l'attentat et qui remonte aux origines du complot...

    © Henrik Rehr

Gavrilo Princip, héros martyr ou terroriste insensé ?

Le jeune serbe n'a pas 20 ans au moment des faits (raison pour laquelle il échappe à la peine de mort) et son acte a permis la création du premier royaume de la Yougoslavie en 1918 (Pierre Ier de Serbie). Célébrée par les vagues successives de yougoslaves, la mémoire de Gavrilo Princip demeure jusqu'à l'effondrement définitif de la Yougoslavie au début des années 90, le symbole annonciateur de la liberté. Comme en témoigne ce texte griffonné sur le mur de sa cellule "Nos fantômes traversent Vienne à pied et saccageront le palais ; ils terrifieront les seigneurs", l'intention de Gavrilo Princip était de réduire à néant le pouvoir des oppresseurs. Et un peu comme pour se justifier de son geste, il déclarera pour sa défense au Tribunal de Sarajevo ces quelques mots : "Je ne suis pas un criminel, car j'ai détruit le mal. Je pense que je suis bon". Pourtant, la Grande Guerre fera 15 millions de morts dont 1 260 000 de victimes serbes et démontre qu'"avoir l'idée de commettre un acte... et le commettre vraiment, ces deux choses sont très différentes. Autre chose : une seule personne ne peut pas faire tourner la roue de l'histoire. La guerre aurait eu lieu de toute manière. Moi, je n'ai fait qu'appuyer sur la détente." (Gavrilo Princip). Doit-on voir dans cette dernière phrase les signes du remords ? Nous le savons, la violence et la haine naissent souvent du ressentiment. Gavrilo Princip qui a vu son peuple opprimé et qui a aussi été retoqué par les Comitadjis à cause de sa mauvaise santé (cf. le reportage d'Albert Londres à ce sujet) avant d'être récupéré par l'organisation de la Main Noire a peut-être été influencé par son ressentiment. Nous ne le saurons peut-être jamais mais ce n'est finalement pas cela qui importe. Ce qui compte, c'est le devoir de mémoire, ce travail collectif qui doit rappeler à l'Humanité que les erreurs de l'Histoire se répèteront à l'infini si l'Homme n'apprend rien de ses déboires...

    © Henrik Rehr 

Henrik Rehr, un auteur de BD dont le travail mériterait d'être plus largement diffusé en France

Des bandes-dessinées de Henrik Rehr, seulement deux ont été éditées en français : Gavrilo Princip et Mardi 11 Septembre. Elles sont (auto)biographiques et concernent toutes les deux la thématique du terrorisme alors que Henrik Rehr s'est par ailleurs illustré dans les récits d'horreur ou dans la science-fiction. On aimera son travail en noir et blanc style gravure ponctué de traits ou de pointillés. Le découpage original des planches et les transcriptions ou citations qui parsèment l'album sont également des points forts qui donnent envie de voir ce dont le dessinateur est capable de donner sur d'autres créneaux comme par exemple le récit d'horreur pour lequel son coup de crayon doit particulièrement bien se prêter. Parce que oui, j'ai beaucoup aimé cette lecture et j'aimerais bien découvrir d'autres œuvres de Henrik Rehr dont les publications en français restent trop anecdotiques. Alors avis aux éditeurs, si vous souhaitez faire plaisir aux lecteurs, lancez-vous et offrez-nous la joie de découvrir d'autres travaux du dessinateur danois...

Enfin, comme la période s'y prête, offrez(-vous) cet album que vous pourrez trouver sur Amazon : Gavrilo Princip: L'homme qui changea le siècle     

  • Titre : Gavrilo Princip, L'homme qui changea le siècle
  • Auteur : Henrik Rehr
  • Traducteur : Sidonie Van den Dries
  • Éditeur : Futuropolis
  • Date de parution : Mai 2014
  • ISBN : 978-2-7548-1098-2
  • Conception et réalisation graphique : Didier Gonord
  • Crédits photographiques : © Henrik Rehr

Partager cet article :

Enregistrer un commentaire