ie Tuer le temps - Nimzovitch - Les embuscades littéraires d'Alcapone
Bienvenue sur le blog de lecture d'Alcapone

Tuer le temps - Nimzovitch

Présentation des éditions : Voici un roman que vous ne trouverez qu'aux Editions L'Abat-Jour. Et pour cause : ces éditions ont inauguré leur site le 21 octobre et Tuer le temps est leur première publication. Cette maison d'édition diffuse elle-même ses oeuvres uniquement par le biais de son site. Son ambition est de rassembler une commaunauté de lecteurs en marge des lectures que l'on peut trouver en librairie ou en supermarchés du livre. Avec un attachement particulier pour des auteurs inconnus proposant des romans ou des nouvelles insolents et audacieux.

A noter également que la maison d'édition fait un appel à textes pour ses prochaines publications. Peut-être se cachent parmi vous des auteurs méconnus?

Contactée par les éditions pour proposer un billet, j'ai vraiment été prise au dépourvu par l'histoire de Marie, cette jeune femme au destin plus que banal. Pourtant, c'est de là que cette fiction tire sa puissance : ce professeur de français dont les trois filles occupent tristement les journées, est un tueur en série des plus ignobles. Du moins, c'est ce que laissent penser les cahiers dans lequels Marie consigne les meurtres qu'elle a commis pour tuer son ennui. Pétris de nihilisme, d'hallucinations morbides et de cynisme, ses textes sont le fruit d'un esprit délirant. Cette tueuse aux allures débonnaires cache des secrets indicibles qu'elle nous livre au fil de ses écrits. Signant ses meurtres en semant des incipits au gré de son humeur, notre meurtrière à la plume acerbe et vénéneuse trompe son monde et sème le doute. Elle m'a horrifiée car ses confidences sont d'une violence inouïe et d’un réalisme affolant. Fiction ou réalité, Cécile, la fille de Marie, va essayer de découvrir la vérité...

Nimzovitch, l'auteur anonyme de cette fiction, nous propose un texte franchement subversif qui bouleverse toutes conventions. Mais ne nous y trompons pas : on n'y trouve rien de vulgaire, bêtement provocateur ou déconstruit. Le style est somptueux. Les images évoquantes. On frise la prose... macabre. En ceci, les Editions de l'Abat-Jour ont pour cette première publication, largement réussi leur défi. L'anticonformisme dont elle se veulent le porte-parole s'exprime ici au plus haut niveau et même si l'on ressort de cette lecture vidé, mal à l'aise ou déstabilisé, on est tout de même curieux de connaître ses prochaines publications. Petit bémol tout de même : le roman est long et les nombreuses descriptions bien que rédigées dans un style enlevé, nuisent parfois à la fluidité du récit.

Dans tous les cas, je conseille vivement cette lecture bien qu'elle ne soit pas à mettre dans les mains de lecteurs non avertis. Pour vous faire une idée, n'hésitez pas à venir lire les 26 première pages du roman en format PDF.

Extraits : "La mémoire n'est pas la vérité. La conscience n'est pas la vérité. Le réel n'est pas la vérité. Ce que nous percevons n'en est qu'un fragment, une interprétation trop humaine de quelques conséquences, sans qu'il nous soit possible d'estimer le faisceau complet des causes, des facteurs et des possibilités. Il est impossible de résoudre une équation en n'en voyant que le résultat. Nous sommes de piètres mathématiciens. Nous sommes des savants aveugles prétendant disséquer le monde et l'analyser au microscope, découpés en milliards de lamelles humectées d'une goutelette d'eau colorée. Nous ne voyons rien. Nous ne savons pas voir." p.88

"Le monde est un roman, c'est l'avis de tous les romanciers. J'imagine que les charpentiers le voient comme un bout de bois et les putes comme une MST."p.112

"La mort est le dernier rempart contre l'ennui." p.123

"On dit que l'espoir fait vivre, c'est peut-être vrai, je m'en moque : ce qui est sûr, c'est qu'il ne fait pas exister. La colère, si." p.138

"Les gens se sentent toujours coupables, c'est une manière d'entretenir leur égo." p.169

Liste des incipits de romans semés au gré des meurtres de Marie : enfin, je ne résiste pas à l'envie de lister les nombreuses références romanesques dont Tuer le temps est truffé. J'ai apparemment les mêmes goûts de lecture que Marie puisque j'ai lu la plupart des romans évoqués. Cette liste non exhaustive propose uniquement les titres cités que j'ai déjà lu. Je me demande d'ailleurs sur quels critères l'auteur a retenu ces livres (décidemment, ce Nimzovitch a tout pour susciter ma curiosité!).
  • Moby dick
  • Cent ans de solitude
  • Illuminations
  • La nausée
  • Salammbô
  • Oeuvres complètes de Lovecraft
  • Le Procès
  • L'étranger
  • A rebours
  • Mort à crédit
  • La conjuration des imbéciles
  • Ainsi parlait Zarathoustra
  • Les chants de Maldoror
  • Le portrait de Dorian Gray
  • La disparition

Un grand merci donc aux Editions de l'Abat-Jour pour cette lecture cette découverte !

Note personnelle : reste une question qui me trotte dans la tête après avoir lu la dernière page de Tuer le tempsNimzovitsch est-elle / est-il un homme ou une femme?

Auteur : Nimzovitsch
Editeur : Editions de l'Abat-Jour
Date de parution : Octobre 2010
Nombre de pages : 499 p.
Partager cet article :

2 commentaires :

  1. je voudrai bien lire ce roman ,
    d'après ce résumé ,je suis impatiente de le lire .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et merci pour ce retour ! Si je vous ai donné envie de lire ce livre, n'hésitez pas, vous ne serez pas déçue. Pour votre information, le titre est disponible au format numérique sur le site de l'éditeur Editions de l'Abat-Jour à l'adresse suivante : http://www.editionsdelabatjour.com/pages/Tuer_le_temps_de_Nimzowitsch-3910133.html.

      Supprimer