Bienvenue sur le blog de lecture d'Alcapone

Les piliers de la terre - Ken Follet

Cette fabuleuse fresque qui raconte l'histoire de la construction de la cathédrale de Kingsbridge, nous plonge dans l'Angleterre du XIIe siècle. Nous y rencontrons les destins entremêlés de bâtisseurs, prieur, évêque, comte, roi, hors-la-loi, chevaliers, sorcières, dont les intérêts antagonistes tissent l'intrigue du roman. Car il s'agit bien d'un roman. Même si Ken Follet s'inspire de faits et de personnages réels, Les Piliers de la terre n'en est pas moins une fiction. Mais quel roman d'aventure ! Tous les ingrédients indispensables aux épopées romanesques y sont réunis : complots, haine, amour, violence, trahisons... Ken Follet n'a rien oublié et le résultat est réussi : malgré les 1000 et quelques pages du livre, la lecture du roman est aisée. L'auteur, dont l'intérêt pour l'architecture est évident, nous initie avec simplicité aux préoccupations des maîtres bâtisseurs de l'époque. Et on découvre quelques éléments sur la naissance de l'architecture gothique du sud de l'Angleterre, dont les voûtes en croisées d'ogives et les transepts servant d'arc-boutants, allaient désormais alléger l'architecture des édifices religieux. Ainsi ce que Ken Follet désigne par les Piliers de la terre, symbolise les cathédrales.

Ce roman aurait très bien pu commencer par "il était une fois un bâtisseur dont le rêve était de construire la plus belle cathédrale de l'Angleterre"... En effet, l'intrigue part de  cette ambition de Tom, un bâtisseur à qui le destin ne présageait rien de favorable. Pauvreté et tyrannie des seigneurs, rien n'est épargné à ce misérable artisan dont la passion immodérée pour l'architecture, lui permettra, avec beaucoup de chance, de devenir le maître bâtisseur officiel de la cathérale de Kingsbridge. Son succès, Tom le devra à Philip, cet astucieux prieur de Kingsbridge, et à Jack, ce hors-la-loi au caractère singulier. Evidemment, la réalisation de ce rêve sera semé d'embûches et Tom devra composer avec les querelles de pouvoir qui déchirent le royaume et partagent les hommes d'église. Ainsi, chacun intriguant pour le bénéfice des propres intérêts, on distingue clairement trois camps de protagonistes ; celui des gentils représenté par le Prieur Philip (dont le but est de servir les intérêts de Kingsbridge). Celui des méchants avec à sa tête l'évêque Warelan Bigod et le sanguinaire et brutal William Hamleigh (qui veut récupérer le comté de Shiring). Et celui des bâtisseurs dont Tom, puis Jack seront les têtes de file. Alors que gronde la guerre civile (les héritiers du roi d'Angleterre se disputent violemment le trône : conflits entre la reine Maud, ses frères Henry et Stephen), Philp, soutenu par Tom, Ellen, Jack et Aliena, doit défaire les complots ourdis par Waleran et William Hamsleigh pour empêcher la construction de la cathédrale. Après maintes péripéties (saccages, attaques, incendies, famines...) et des années nécessaires à sa construction, la cathédrale finit par voir le jour...

Avant de ma lancer dans cette lecture, j'avais lu de nombreuses critiques élogieuses. Et je confirme cet avis général. Cette superbe épopée constitue sans conteste un grand moment de distraction : l'intrigue est bien montée, les personnages bien étudiés et le rythme de l'histoire haletant. Il n'y a pas de longueurs, chose rare dans des ouvrages de plus de 1000 pages. Par ailleurs, on y apprend quelques techniques d'architecture religieuse et la façon dont pouvaient vivre les anglais de l'époque. Cependant, je pense que ce roman ne doit pas être considéré comme une référence concernant l'architecture car contrairement à ce que j'ai pu lire, je ne l'ai trouvé ni précis, ni particulièrement bien documenté. Aussi, je recommanderais chaudement la lecture de ce roman pour les lecteurs qui ont envie d'aventures mais pas pour ceux qui comptent y trouver des références sérieuses au sujet de l'architecture religieuse ou de l'histoire de la guerre civile anglaise...

Extrait :
Dans le monde où nous vivons, il n'y a pas de pitié. Les canards avalent les vers, les renards tuent les canards, les hommes abattent les renards et le diable poursuit les hommes... p.935

Auteur : Ken Follett
Titre : Les piliers de la terre
Titre original : The pillars of the Earth
Traducteur : Jean Rosenthal
Editions : Livre de Poche
Date de parution : Avril 2011 et 1989 pour la 1ere publication
Nombre de pages : 1049 p.
Couverture : Miniature de Fouquet (détail). Bridgeman.
Partager cet article :

Enregistrer un commentaire