Bienvenue sur le blog de lecture d'Alcapone

Les cahiers russes - Igort

La Démocrature (ou dictocratie), mot-valise composé à partir de démocratie et dictature, est un terme bien trouvé pour décrire le régime politique de Poutine. Journaliste pour la Novaïa GazetaAnna Politkovskaïa, fervente militante des droits de l'homme, est morte assassinée le 7 octobre 2006 à l'âge de 48 ans pour avoir exercé sa liberté d'expression. Particulièrement obsédée par la cause tchétchène, la journaliste risque sa vie pour lever le tabou sur la question. Son combat a pour but de soutenir "des gens qui ont connu des choses de la vie que la plupart des gens ne connaîtront jamais." (Novaïa Gazeta, 29 octobre 2001 - p.13). Pour ce deuxième tome de son dyptique sur les pays de l'ex-URSS, Igort part cette fois-ci sur les traces de la téméraire journaliste. Après s'être intéressé aux mémoires du temps de l'URSS (Les Cahiers ukrainiens), Igort se penche cette fois-ci sur la guerre oubliée du Caucase en allant à la rencontre de quelques témoins des guerres de Tchétchénie (cf. les récits de Moussa et de la mère de Toupal). Aidé de Galya Ackerman (traductrice française d'Anna Politkovskaïa) dans ses investigations, Igort revient sur l'assassinat de journalistes (dont celui d'Anna Politkovskaïa), la crise du théâtre de Doubrovka (23-16 octobre 2002), la Zatchistka, la tragédie de Beslan (1er et 3 octobre 2004), le rôle de l'OGPU au début des années 1930 et les origines du conflit tchétchène (qui remontent à 1785). Puisant également ses récits dans des sources diverses (souvenirs de Galya Ackerman, archives du forum des vétérans de Tchétchénie, dépositions, informations de la Novaïa Gazeta, etc.), Igort relaie à sa façon les investigations journalistiques d'Anna Politkovskaïa et rappelle à la mémoire de la guerre oubliée du Caucase...

Comme pour ses Cahiers ukrainiens, Igort conserve une certaine distance vis-à-vis du sujet traité. Les informations rapportées sont factuelles et laissent au lecteur la possibilité de juger par lui-même des contenus rapportés. Bien évidemment, les exactions du gouvernement de Poutine sont répréhensibles et les faits racontés sont accablants mais l'auteur se garde bien de considérer son travail comme celui d'un journaliste. Comparativement au travail très subjectif de Joe Sacco qui expose des récits différents des mêmes guerres (cf. Reportages dont le chapitre intitulé Caucase s'applique à dépeindre les conditions de vie des réfugiés tchétchènes), Igort fait une proposition qui couvre un spectre plus large des évènements. Rendant tout d'abord hommage au courage d'Anna Politkovskaïa, Igort fidèle au travail de ses précédents cahiers sur l'Ukraine, donne corps à ses récits grâce à de magnifiques illustrations. Les propos traités sont malheureuux et tragiques. Les dessins sont donc forcément graves mais ils sont servis par un coup de crayon maîtrisé qui donne une âme aux récits. Igort s'approprie brillament les représentations de la propagande soviétique en y apportant une touche personnelle très identifiable. Certaines planches rappellent le fameux tableau de Picasso, Guernica. On sera touché par le récit Ma vie de héros ou par celui de Moussa... Sorte de carnet de notes illustré, ces excellents Cahiers russes réunissant de troublants récit-reportages sur la Russie de Poutine, doivent être lus dans la foulée des Cahiers ukrainiens. La lecture de ces cahiers ne peut laisser indifférent...

Pour confronter le travail de mémoire d'Igort au journalisme engagé d'Anna Politkovskaïa, lire Tchétchénie, le déshonneur russe.

Enfin, si vous le souhaitez, vous savez que ces cahiers sont disponibles à la vente sur Amazon. Vous pouvez vous les procurer sur le lien suivant : Les Cahiers Russes: La guerre oubliée du Caucase.

  • Titre : Les cahiers russes
  • Sous-titre : La guerre oubliée du Caucase
  • Auteur : Igort
  • Traducteur : Laurent Lombard
  • Éditions : Futuropolis
  • Date de parution : Janvier 2012
  • Nombre de pages : 171 p.
  • ISBN : 978-2-7548-0757-9

Partager cet article :

2 commentaires :

  1. je viens de découvrir votre blog par Babelio et je sens que je vais me régaler
    Voilà déjà une Bd de notée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un excellent titre en effet. A découvrir également Les Cahiers ukrainiens, premier tome de ce passionnant dyptique. N'hésitez pas à me partager votre avis. J'en profite par ailleurs pour jeter un oeil sur A sauts et gambades. A très bientôt, donc !

      Supprimer