ie Le photographe - Guibert - Lefèvre - Lemercier - Les embuscades littéraires d'Alcapone
Bienvenue sur le blog de lecture d'Alcapone

Le photographe - Guibert - Lefèvre - Lemercier

En 1986, Didier Lefèvre (1957-2007) part en mission comme photographe en Afghanistan avec Médecins Sans Frontières. Accueilli et guidé sur place par l'équipe de choc de MSF, le photographe s'engage dans un périple de quelques mois entre les plaines du Peshawar au Pakistan et les régions montagnardes du Badakhshan au nord de l'Afghanistan. De cette expérience riche en rencontres et anecdotes, Didier Lefèvre a ramené des dizaines de planches-contact dont beaucoup seront oubliées dans quelques boites au fond d'un placard. Le photographe est né de la volonté de communiquer au grand public ce travail inédit du reporter. Initiée par Emmanuel Guibert près de 15 ans après la mission, cette série a pour objectif de permettre une lecture différente et différée des événements sur la base de sources originales. Pour Emmanuel Guibert qui reconnait volontiers le talent de conteur ainsi que l'oeil averti de son ami, il s'agissait de : "faire entendre la voix de Didier, combler les vides entre les photos et raconter ce qui se passe quand Didier, pour une raison ou pour une autre, n'a pas pu photographier. Tout cela dans l'idée de montrer dans le détail ce qui l'est rarement : un reportage en train de se faire, une mission humanitaire au jour le jour, le destin d'une population de montagnards prise dans la guerre." (extrait de Déclic du livre sur le site de l'ouvrage). Le photographe est l'un de ces rares ouvrages qui offre un regard nouveau sur le photojournalisme et le travail humanitaire. Un magnifique exemple de collaboration à la croisée de 3 métiers : photojournalisme, dessin et graphisme (cf. collaboration de Frédéric Lemercier pour la mise en page et la couleur).

Partir en mission humanitaire en Afghanistan pendant la guerre (1979-1989)

L'Afghanistan est enlisé dans la guerre depuis 7 ans lorsque de Didier Lefèvre s'y rend en mission. L'équipe de MSF qu'il accompagne, parcourt les contrées reculées du pays pour soigner les malades et les blessés (cf. les opérations à ciel ouvert). Les zones occupées et contrôlées par les armées soviétiques sont dangereuses (se méfier surtout des patrouilles d'hélicoptères). Les routes reliant les divers points de chute des ONG sont difficiles à pratiquer : tout se fait à pied, à cheval ou à dos d'âne. Le convoi de MSF profite des caravanes de ravitaillements d'armes entre le Pakistan et l'Afghanistan pour traverser les zones critiques. Dans ces régions centrales de l'Afghanistan où l'environnement est hostile et les risques de tirs omniprésents, les accidents, les disparitions et les décès ne sont pas rares. Le danger est tangible mais pour avancer, l'équipe dépêchée par MSF fait preuve d'une volonté, d'une patience et d'une endurance à toute épreuve. Négocier, trouver les bonnes alliances, s'adapter, maîtriser les codes ou la langue (farsi), agir dans l'urgence, garder son sang froid, exercer en toute circonstances, sont autant de compétences et qualités nécessaires à ce type de mission. Une bonne condition physique aussi. Mais comme le révèle le photographe, la fatigue, le stress et le découragement l'emportent parfois. Parce que partir en mission humanitaire (surtout en Afghanistan pendant la guerre) n'est pas un acte anodin, ce mémorable témoignage de Didier Lefèvre est précieux car il dévoile grâce à un traitement journalistique/artistique inédit, à la fois les coulisses du métier d'humanitaire et celui du photographe-reporter...

La photographie et le dessin comme support du récit de Didier Lefèvre : un traitement original

A mi-chemin entre témoignage et reconstitution, Le photographe propose un travail original de mémoire et de valorisation de sources brutes. A cette lecture, on pensera inévitablement aux oeuvres de Joe Sacco comme par exemple Gorazde qui intègre en introduction, des photos capturées par le journaliste pendant ses séjours en Bosnie. Pourtant, la démarche artistique employée pour les deux oeuvres est complètement différente. Le bédéiste américain se sert de ses photos et de ses notes de voyage comme support de création artistique (dessin et récit). Dans le cas du présent ouvrage, ce sont les illustrations qui complètent les sources et le récit. Si le travail de reconstitution est commun aux deux livres, la démarche est inversée. Pas de carnet de notes pour le photographe (Didier Lefèvre l'a perdu). Seuls les milliers de clichés (dont seulement quelques-uns ont été exploités) et les souvenirs ont permis la reconstitution des événements. Cette valorisation de sources brutes (ici les planches du photographe) est originale car le récit se déroule sur la base des planches et dessins qui se complètent par alternance. Ce choix artistique et éditorial mérite d'être souligné car il offre divers jeux de lecture que je trouve assez intéressants : lire tout d'un coup, lire uniquement le récit illustré ou ne s'attacher qu'aux planches... Le photographe est par conséquent un objet hybride unique en son genre qui hésite entre le carnet de voyage, la bande-dessinée et le photo-reportage. Par son sujet et sa forme, ce bel ouvrage mérite donc sa place sur les étagères de votre bibliothèque ! A (re)découvrir absolument !

Si je vous ai concaincu du bien-fondé de l'acquisition de ce livre, vous noterez qu'il est disponible à la vente sur Amazon via le lien suivant : Le Photographe - L'Intégrale - tome 1 - Le photographe nouvelle intégrale (édition normale).

Pour aller plus loin

Il existe des nombreuses sources et critiques en ligne au sujet de ce livre mais je ne saurai que vous recommander de consulter le site qui lui est dédié. Vous y trouverez de riches informations et notamment des diaporamas de photos commentées par Didier Lefèvre en personne.

Pour finir, vous noterez que ce livre propose un film intitulé "A ciel ouvert" qui retrace le "Journal filmé d'une mission en Afghanistan" réalisé par Juliette Fournot, chef de la mission MSF à laquelle Didier Lefèvre a participé.



Dédicace

Cette histoire est dédiée à l'équipe de Médecins sans frontières qui l'a vécue : Juliette, Robert, Régis, John, Mahmad, Sylvie, Évelyne, Odile, Michel et Ronald, ainsi qu'à Jacques Fournot.

Les auteurs remercient Marjane Satrapi pour ses Lettres persanes.

Juliette, auteur-réalisateur du film "A ciel ouvert" remercie Didier pour la qualité de son regard et Emmanuel pour l'avoir convaincue de livrer ses images.

  • Titre  : Le photographe
  • Photographe : Didier Lefèvre
  • Auteur et dessins : Emmanuel Guibert
  • Mise en page et couleur : Frédéric Lemercier
  • Éditeur : Dupuis
  • Collection : Aire Libre
  • Date de parution : 2010 (pour l'édition intégrale)
  • Nombre de pages : 263 p.
  • ISBN : 978-2-8001-4795-6
  • Crédits photographiques : © Didier Lefèvre, Emmanuel Guibert, Frédéric Lemercier
Partager cet article :

Enregistrer un commentaire