Bienvenue sur le blog de lecture d'Alcapone

Orgasme à Moscou - Edgar Hilsenrath

Après le succès de son très controversé roman "Le Nazi et le Barbier", le sarcastique Edgar Hilsenrath revient à la charge avec cet Orgasme à Moscou. Se gaussant joyeusement de la situation géopolitque de la Guerre froide (1970’s), l’auteur met en scène Nino Peperoni, le patron de la mafia new-yorkaise et Anna-Maria, sa fille tombée enceinte lors d’un voyage de presse à Moscou. Pour sauver la face, Nino Peperoni n'envisage que deux solutions : éliminer le coupable ou marier sa fille. Si comme le veut la rumeur, le coupable avait été Brejnev ou Kossyguine, cela aurait facile : il aurait suffi de payer les services d’un tueur et basta. Malheureusement, l’auteur du méfait, un certain Sergueï Mandelbaum, dissident juif et fauché de surcroît, est un amant extraordinaire dont Maria est follement tombée amoureuse. Nino Paperoni en père aimant, n’a alors d’autre choix que de faire appel à un passeur expérimenté pour exfiltrer son futur gendre de l’Union soviétique. Sauf que le seul agent capable de mener à bien cette mission est S. K. Loppe, un dangereux dépeceur sexuel...

Une adapatation complètement barrée du roman d’espionnage à la OSS 117


Pour cette commande de synopsis d’Otto Preminger de 1979 (qui n’aura malheureusement pas de suites), Edgar Hilsenrath a comme à son habitude, pris un malin plaisir à  caricaturer ses personnages à outrance. Ne craignant nullement la critique, Hilsenrath n’hésite pas à inventer son propre « roman d’espionnnage à la OSS 117 » en mettant en scène des personnages complètement loufoques dans des situations improbables. Le résultat ? Un récit complètement barré qui souffle un vent de tempête sur la bienséance et le politically correct. Dans tous les cas, ce qui est sûr, c’est que l’exubérance de l’auteur allemand, ne sera certainement pas du goût de tous : infatigable course à la surenchère du burlesque, voire du grotesque, Orgasme à Moscou peut lasser à la longue mais il garde malgré tout, un potentiel subversif appréciable qui est à prendre absolument à la légère. Car lorsque «  le polar se fait queer » (Inrocks du 15/04/2014), nul n’est plus besoin de résister. Il suffit de se laisser porter par les dialogues délicieusement absurdes et de s’imaginer en plein « délire à la gonzo » (cf. Las Vegas Parano)... Bref, une enquête d’espionnage qui vous mènera bien plus loin que ce que vous ne pourrez imaginer... Ceci dit, si vous ne deviez lire qu’un seul titre d’Hilsenrath, préférez Le nazi et le barbier, qui trouve une véritable résonnance dans la biographie même de l’auteur...

Hennin Wagenbreth ou de la décoration d’opérette allemande


Sinon, je ne pouvais décement pas chroniquer un énième titre d’Edgar Hilsenrath publié aux éditions du Tripode sans évoquer le travail d’illustration de Henning Wagenbreth. En effet, le partenariat développé entre les éditions et l’illustrateur, affichiste et décorateur d’opérette allemand, méritait d’être souligné. Non pas que je sois particulièrement fan des graphismes du dessinateur mais parce que son travail s’inscrit dans un processus créatif intéressant qui touche à d’autres travaux artistiques dignes d’intérêt. Aussi, Orgasme à Moscou comme tous les autres romans d’Hisenrath publiés au Tripode, est-il un ouvrage illustré dont le travail éditorial soigné des Éditions du Tripode apporte une plus-value certaine au livre rendu objet. Pour en savoir plus sur le travail de Wagenbreth, je vous invite à découvrir le site web du dessinateur sur lequel vous trouverez de remarquables travaux de graphisme et de communication visuelle. Bref, un dessinateur à suivre...

      © Henning Wagenbreth

L’univers graphique de Henning Wagenbreth


L’univers graphique minimaliste, géométrique et ultra-coloré de Wangenbreth s’inpire de diverses tendances. Notons parmi elles, l’influence du Collectif Bazooka et le célèbre Magazine Raw d’Art Spiegelman. Si ce billet n’a pas vocation à s’étendre sur le travail de Wagenbreth, je vous invite, si vous vous intéressez à l’art graphique, de découvrir ces ressources que je trouve particulièrement intéressantes (lire aussi cet article d’Index Graphique sur Henning Wagenbreth, site spécialisé sur les ressources en graphisme et en topographie). Pour vous donner un aperçu de l’univers du créateur, je vous propose en bonus de ce billet, une vidéo sur l’adaptation graphique du roman «  Le pirate et l’apothicaire » de Robert Louis Stevenson réalisé par Stephan Talneau. A savourer...



Enfin, si je vous ai donné envie de lire Orgasme à Moscou, notez que vous pouvez le procurer sur Amazon via le lien suivant : Orgasme à Moscou.

Détails bibliographiques

  • Titre : Orgasme à Moscou
  • Titre original : Gib acht ! Genosse Mendelbaum ! (Attention, camarade Mendelbaum !)
  • Auteur : Edgar Hilsenrath
  • Traducteur : Jörg Stickan, Sacha Zibefarb
  • Éditeur : Le Tripode
  • Marque : Attila
  • Date de parution : Avril 2013 (première édition française : 1992)
  • Nombre de pages : 316 p.
  • ISBN : 978-2917084526
  • Couverture et illustrations : © Henning Wagenbreth

Partager cet article :

2 commentaires :

  1. Ce titre a été une déception pour moi. La frontière entre vulgarité et humour n'y est pas toujours très nette, à mon avis. Le Retour au pays de Jossel Wassermann est son prochain titre sur ma liste..

    RépondreSupprimer
  2. Je suis d’accord : le texte frise parfois la vulgarité et du coup l’humour n’est pas toujours au rendez-vous. Je n’ai pas encore lu le Retour au pays de Jossel Wassermann mais j’imagine qu’il collera mieux avec ce que nous apprécions dans l’écriture de Hilsenrath. A suivre...

    RépondreSupprimer