Bienvenue sur le blog de lecture d'Alcapone

Les gardiens des livres - Mikhaïl Ossorguine

Créée en 1918 à Moscou par un groupe d’hommes de lettres passionnés, la Librairie des écrivains a incarné en quatre années d’existence (1918-1922) le symbole d’une contre-révolution intellectuelle dont l’histoire méritait bien d’être racontée : après les révolutions de 1917, la Russie ruinée par la guerre civile, laisse à la rue des populations affamées. Alors même que les campagnes de nationalisation des commerces étaient censées réguler l’économie et permettre une répartition équitable des ressources, la fermeture progressive des librairies classiques ou leur conversion massive vers des modèles de littérature exclusivement socialiste, ont paradoxalement, à cause de la misère et de la crainte des réquisitions forcées, incité de nombreux bibliophiles à brader leurs trésors parfois même en échange de sucre ou de farine. Selon Mikhaïl Ossorguine, l’un des premiers commanditaires de cette singulière librairie coopérative et auteur des textes de cet ouvrage : « La librairie des écrivains fut sans doute en Russie, l’unique institution culturelle et commerciale à sauvegarder son indépendance morale et matérielle au travers de ces années terribles de chaos, de terreur et d’effondrement des valeurs spirituelles. » (p.11). Initialement publiés dans la revue Vremmenik obchtchestva drouzeï rousskoï knigui, ces quelques textes de Mikhaïl Ossorguine sauront toucher le coeur des bibliophiles car, au delà de la fabuleuse aventure de la librairie coopérative des « Gardiens des livres », ce que ces textes donnent à voir, c’est que quelle que soit sa forme d’expression, la résistance (ici intellectuelle et artistique) contre toute forme de suprématie, implique un processus de réflexion indispensable pour une société en bonne santé... En somme, une belle " leçon de résistance " à découvrir...

L'étonnant catalogue des éditions manuscrites de la Librairie des écrivains


Outre les reproductions des plaquettes originales de deux manuscrits d'Alexeï Rémizov (dessins) et de Marina Tsvétaïeva (poèmes), notons la présence du catalogue unique en son genre, des éditions manuscrites de la Librairie des écrivains. Pour les bibliophiles et amateurs, ce catalogue regorge d'informations insolites que je vous recommande de découvrir comme par exemple les matériaux de support utilisés : écorce de bouleau, papier peint ou encore billets de roubles non découpés, on réalise avec plaisir l'inventivité des auteurs qui, ne disposant pas de papier, n'hésitaient pas à diversifier leurs supports d'écriture. On constatera aussi avec étonnement les indications de troc pour le paiement des manuscrits qui pouvaient se faire en échange de livres d'huile ou de farine. Ce qu'il faut voir par là, c'est qu'avec un peu d'imagination, il est toujours possible de (ré)inventer de nouveaux modèles économiques " vertueux" capables de fédérer des communautés de passionnés autour d'un projet solidaire. Ayant durablement marqué l'histoire de Moscou, la Librairie des écrivains a véritablement laissé un héritage culturel et mémoriel digne de notre attention...


Note : ce livre a été tiré en 1000 exemplaires sur Centaure ivoire, Offset 120 g. et Popset bleuet dans une belle édition. Si vous souhaitez vous le procurer, il est disponible sur Amazon à l’adresse suivante : Les Gardiens des livres.


Détails bibliographiques

  • Titre : Les Gardiens des livres
  • Auteur : Mikhaïl Ossorguine
  • Dessins : Alexeï Rémizov
  • Poèmes : Marina Tsvétaïeva
  • Traducteur : Sophie Benech
  • Éditeur : Interférences (traduction et publication avec le concours du CNL)
  • Date de parution : Janvier 1994
  • Nombre de pages : 115 p.
  • ISBN : 2-909589-01-3
  • Couverture : Ex-libris de la Librairie des écrivains (bois gravé de Farvoski)

Partager cet article :

Enregistrer un commentaire