Bienvenue sur le blog de lecture d'Alcapone

Rescapé du camp 14. De l'enfer nord-coréen à la liberté - Blaine Harden

La Corée du Nord est mondialement connue pour violer impunément les droits de l'homme. A la lecture de Rescapé du camp 14, cette idée que l'on a de ce pays lointain se trouve tout à coup matérialisée par l'ignoble entreprise de déshumanisation menée par le régime totalitaire. On croit savoir des choses en ouvrant le livre mais ce qu'on y découvre dépasse l'imagination. Ainsi que le souligne cet extrait de l'article Never again du journal The Economist du 21 avril 2012, "On peut penser que l'envergure des atrocités paralyse notre capacité à nous indigner (...). Il est certainement plus facile de brocarder le régime en qualifiant ses dirigeants de monstres extraterrestres que d'aborder les souffrances qu'il inflige. Qu'il s'agisse de meurtre, d'esclavage, de transferts forcés de population, de torture ou de viol, la Corée du Nord commet toutes les atrocités considérées comme des crimes contre l'humanité." (p.270). Et c'est vrai que nous avons un peu tendance à réagir de cette façon. La lecture de ce témoignage de Shin Dong-huyk qui est pétri d'une souffrance inimaginable, remédie donc quelque part à cette espèce de lâcheté. De ces crimes contre l'humanité perpétués par Kim Il Sung et par ses descendants Kim Jong Il et Kim Jong-un sur leurs propres concitoyens, les traumatismes provoqués sont irrémédiables. Accompagné et encouragé par Blaine Harden dans ce travail sur soi extrêmement difficile (raconter son expérience et combattre ses propres démons), Shin Dong-hyuk tente bien que mal de recouvrer son humanité. Espérant que cette douloureuse démarche serve à d'autres transfuges nord-coréens, le duo Shin Dong-hyuk/Blaine Harden dévoile des faits dont l'exposé même surpasse de loin tous les pires scénarios de films d'horreur...

Shin Dong-hyuk est le premier nord-coréen né dans le camp 14 à réussir à s'échapper (en 2005). Son parcours incroyable a fortement ému l'opinion publique mais il aura fallu du temps pour que son témoignage soit pris au sérieux. Le camp de détention de Kaechon a fait de Shin un être complètement déshumanisé : rien ne comptait plus que d'avoir à manger, fût-ce au prix de quelques larcins ou dénonciations. Ainsi, vendre sa propre mère et son frère, abandonner son père ou frapper ses camarades de classe n'avait jamais suscité en lui une quelconque culpabilité. Seuls les commandements du camp faisaient loi car le concept même de famille n'avait pour lui aucun sens. Pour bien comprendre le bourrage de crâne subi par les détenus, voici les 10 commandements qui régissent le camp :
1. Ne tentez pas de vous évader. Toute personne qui tenterait de s'évader sera abattue sur le champ. 
2. Le rassemblement de plus de deux prisonniers est interdit. Toute personne qui n'obtient pas l'autorisation d'un garde pour retrouver deux prisonniers ou plus sera abattue sur le champ. 
3. Ne volez pas. Toute personne surprise à voler ou en possession d'armes sera abattue sur le champ. 
4. Il faut obéir inconditionnellement aux gardes. Toute personne qui montre de la mauvaise volonté ou qui agresse physiquement un garde sera abattue sur le champ. 
5. Toute personne qui voit un fugitif ou une personne suspecte doit la dénoncer au plus vite. Toute personne qui fournit une cachette à un fugitif ou qui le protège sera abattue sur le champ. 
6. Les prisonniers doivent se surveiller les uns les autres et dénoncer immédiatement tout comportement suspect. 
7. Les prisonniers doivent faire davantage que réaliser le travail qui leur est assigné chaque jour. On considèrera que les prisonniers qui négligent leur quota de travail, ou qui ne réussissent pas à l'atteindre, suscitent le mécontentement, et ils seront abattus sur le champ. 
8. Hors du lieu de travail, il ne doit pas y avoir d'échanges entre les sexes pour des raisons personnelles. En cas de contact sexuel sans approbation préalable, les auteurs du délit seront abattus sur le champ. 
9. Les prisonners doivent se repentir sincèrement de leurs erreurs. Toute personne qui ne reconnait pas ses péchés et qui, à l'inverse, les nie ou exprime une opinion déviante sera abattue sur le champ. 
10. Les prisonniers qui violent les lois et les règlements du camp seront abattus sur le champ.

Vu la clarté de ces quelques règles de détention, nul n'est besoin de préciser toutes les horreurs commises au nom des ces commandements. Excepté peut-être les ignobles conditions de vie : faim, vermine, froid, puanteur, maladie, torture, punitions corporelles, viols, exécutions publiques... aucune humiliation ou violence n'est épargnée aux prisonniers. Rien d'étonnant à ce que Shin ait tenté de s'évader. Pourtant, malgré la réussite de son évasion, on n'est pas étonné par sa déclaration : "Je me suis échappé physiquement mais pas psychologiquement." (p.157). Après l'obtention de la nationalité sud-coréenne et ses séjours prolongés aux USA, Shin s'est physiquement rétabli mais il est toujours obsédé par les sévices qu'il a subi, par les crimes auxquels il a assisté et surtout par les choix qu'il a fait. Le poids de sa culpabilité est immense et il souffre de problèmes psychologiques graves dont il a du mal à se sortir. Aussi, bien que les sacrifices qu'il ait fait n'aient pas été vains et qu'il lui en coûte de continuer son combat, il est convaincu que la violation des droits de l'homme en Corée du Nord doit cesser...

Malgré sa valeur documentaire indéniable, ce témoignage m'a parfois donné l'impression de verser dans le sensationnalisme. Par certains moments, Blaine Harden assène les informations plus qu'il ne les transmet et son ton solennel peut déranger. Le témoignage de Shin est par ailleurs quelquefois noyé par la masse d'informations apportées par Blaine et le texte en est alourdi. Mais cette lecture qui fait froid dans le dos, est sans contestes une lecture qui ne laisse pas indifférent... Pour ceux qui s'intéressent à la question, Rescapé du camp 14 est une lecture incontournable.

Parmi les nombreuses sources présentes sur le net, quelques images satellites du camp de Kaechon (aussi appelé Goulag Coréen) sont accessible sur le site de North Korea Now

Enfin, si vous souhaitez vous procurer la version poche de ce livre via Amazon, rendez-vous sur le lien suivant : Rescapé du camp 14 : De l'enfer nord-coréen à la liberté

  • Titre : Rescapé du camp 14
  • Sous-titre : De l'enfer coréen à la liberté
  • Titre original : Escape from camp 14
  • Auteur : Blaine Harden
  • Éditions : 10/18
  • Traducteur : Dominique Letellier
  • Postface : Pierre Rigoulot
  • Date de parution : Avril 2013
  • Nombre de pages : 284 p.
  • Couverture : Photos de Feng Li - Chung Sung-Jun / Getty Images / AFP / D.R. Camp de concentration de Yoduk, Corée du Nord. Japan's Fuji TV
  • ISBN : 978-2-264-05956-7


Partager cet article :

2 commentaires :