ie California Dreamin’ - Pénélope Bagieu - Les embuscades littéraires d'Alcapone
Bienvenue sur le blog de lecture d'Alcapone

California Dreamin’ - Pénélope Bagieu

Depuis qu’elle était toute petite, Ellen Cohen (chanteuse de The Mamas and the Papas) le savait : lorsqu’elle serait grande, elle deviendrait célèbre. Son goût pour la musique et la scène, c’est son père qui le lui a insufflé par son amour de l’opéra. Depuis ce jour où il l’a emmenée voir le spectacle de La Bohème pour l’un de ses anniversaires, Ellen ne rêve que de devenir chanteuse. Malgré ses kilos en trop qui l’éloignent des canons de beauté classique, celle qui prendra plus tard pour nom de scène «  Cass Elliot », se démarque dès sa plus tendre enfance par son caractère bien trempé et son humour hors pair mais pas seulement : cette voix qu’elle savait poser à l’octave près la fait remarquer par Shirley, sa prof de chant à Baltimore qui, pour lui éviter de devenir « une star du sandwich au pastrami » (p. 83) au deli de son père, lui prête sa voiture pour partir à New York. Commence alors pour elle, la folle aventure de la musique...

California dreamin’ : quand le portrait se fait récit


Je connaissais vaguement Pénélope Bagieu pour ses dessins « girly » et pleins d’humour mais n’étant pas particulièrement fan de ce genre, je ne me suis jamais intéressée à son travail. Grâce à California Dreamin’, je découvre son talent de biographe. Si son coup de crayon et surtout son lettrage ne sont vraiment pas ma tasse de thé, cela ne m’a pas empêché de trouver cette biographie dessinée de Mama Cass particulièrement réussie. Au départ, il y a bien sûr mon intérêt certain pour la Beatnik Generation. Mais cela n’aurait pas certainement pas suffi pour faire de cet album un récit biographique captivant. En fait, ce qui m’a beaucoup plu, c’est la technique narrative employée par la dessinatrice : en effet, choisir de raconter l’histoire de la chanteuse via une «  galerie déconnectée » de portraits, m’a paru audacieux et original. Si cela peut sembler déconcertant à la première lecture (notamment parce que le lien entre les différents personnages n’est pas toujours explicité), ce parti pris de la dessinatrice qui met le travail de portraitiste à l’honneur, propose une structure narrative intéressante : ici, c’est véritablement «  le portrait qui se fait récit ». La lecture de California Dreamin’ s’apparente donc en ce sens à un exercice inhabituel qui invite le lecteur à reconstituer à la façon d’un puzzle, l’histoire à partir des portraits brossés. Cela exige en somme un petit effort intellectuel qui est largement récompensé par un voyage dans l’univers halluciné de Cass Elliot, cette voix d’or au goût d’acide...

    © Mama Cass Elliot with her Mamas and the Papas bandmates John Phillips and Denny Doherty in 1966. Express/Getty Images  

Pour partir à la découverte de l’incroyable destin de Cassy Elliot d’après Pénélope Bagieu, notez que vous pouvez vous procurer le livre sur Amazon via le lien suivant : California Dreamin’.

Enfin, pour accompagner cette lecture en musique et découvrir le talent de Cass Elliot et de The Mamas and the Papas, je vous propose en bonus d’écouter la playlist établie par Pénélope Bagieu herself.

Détails bibliographiques


  • Titre : California Dreamin'
  • Auteur : Pénélope Bagieu
  • Dessins : Pénélope Bagieu
  • Éditeur : Gallimard
  • Date de parution : Septembre 2015
  • Nombre de pages : 272 p.
  • ISBN : 978-2-07-065758-2
  • Couverture : © Pénélope Bagieu

Partager cet article :

Enregistrer un commentaire