ie Demain, demain - Laurent Maffre - Les embuscades littéraires d'Alcapone
Bienvenue sur le blog de lecture d'Alcapone

Demain, demain - Laurent Maffre

Tout comme de nombreux Algériens de sa génération (1960’s), Kader a rejoint la France en 1962 pour participer à la construction des HLM de la banlieue parisienne. Logé mais surtout parqué au 127 rue de Garenne, autrement dit au Bidonville de la Folie de Nanterre, Kader espère faire des économies pour pouvoir offrir une vie meilleure à sa famille et pourquoi pas, acheter à termes une maison au bled. Malheureusement, ce qui sur le papier ressemble beaucoup à un rêve tangible, ne correspond pas aux espoirs nourris par les travailleurs immigrés qui ont accepté de partir travailler en France :  hébergé dans une baraques en ruines dans des conditions de vie insalubre (pas de raccord à l’eau ni à l’électricité), Kader n’a d’autre choix que de s’adapter et de rassurer sa famille restée au bled en lui envoyant de beaux clichés touristiques de Paris. Mais la réalité est autrement cruelle. Lorsque Soraya, la femme de Kader, le rejoint avec leurs enfants, Ali et Samia, ce n’est que désenchantements et désillusions : non, la petite famille ne sera pas logée dans une des belles maisons dorées des cartes postales envoyées par Kader mais dans la baraque 1957 du bidonville gris et boueux de La Folie. Exposée au froid, à l’humidité et vivant dans des conditions de vie déplorables, la petite Samia tombe sérieusement malade. Commence alors pour Kader et Soraya un véritable parcours du combattant pour obtenir l’accès à un logement décent...

Le bien nommé bidonville de la Folie ou l’histoire douloureuse des travailleurs immigrés maghrébins


L’histoire de Kader est celle de nombreux travailleurs immigrés Maghrébins venus en France dans les années 1960 à l’appel du gouvernement pour participer à la (re)construction du pays : construction de routes, d’infrastructures, de logements..., les immigrés ont constitué une main d’oeuvre bon marché que les français n’ont pas hésité à solliciter. Rêvant d’une vie meilleure, beaucoup d’Algériens parmi d’autres communautés, se sont laissés tenter par cet Eldorado où, à en croire certains, il suffisait de se baisser pour ramasser les billets. Pourtant, cet échange de bons procédés qui semblait au départ partir d’un principe louable (accueil en France pour du travail), s’est avéré être un véritable fiasco : en effet, si les premiers travailleurs immigrés des années 1950 étaient logés dans des « garnis » du centre-ville, la rapide saturation de ces logements meublés et l’arrivée des familles ont précipité l’installation de baraques de fortune sur les terrains vagues à proximité des usines et des chantiers. C’est ainsi que le bidonville de La Folie s’est construit sur les terrains de l’Établissement Public pour l’Aménagement de la Défense (EPAD) : « Sur les chantiers à proximité, le chemin de grue et la préfabrication régnaient en maître. L’EPAD, responsable de l’urbanisation de la zone, entraînait une transformation radicale du paysage. Tel un îlot perdu, la Folie subsistait au milieu de ce ballet incessant de camions charriants de la terre. Sa résorption n’était pas encore programmée mais la Brigade Z, constituée de démolisseurs aux ordres des autorités, empêchaient son extension. » (extraits).


Non seulement, les habitants du bidonville y souffraient du froid, de l’humidité et de la saleté (ils avaient honte d’aller en ville avec leurs chaussures inévitablement crottées de boue et enveloppaient leurs chaussures de sacs plastique pour les protéger) mais ils devaient en plus se coltiner la corvée d’eau (une seule fontaine d’eau mise à disposition pour 1500 travailleurs et 300 familles), devaient craindre les risques d’incendie et devaient en plus subir les contrôles incessants et les brimades et humiliations de la Brigade Z (sa mission était de contenir l’expansion du bidonville car le terrain devait être réhabilité pour accueillir les nouveaux quartiers de la Défense). Dans un contexte politique complexe alors marqué par la Guerre d’Algérie (1954-1962) et les conflits entre la France et le FLN, la défiance manifeste de certains citoyens français envers les populations immigrées qui s’est notamment traduit par les ratonnades et le massacre du 17 octobre 1961, envenime les relations entre les immigrés, les autorités publiques et les administrations. Pour être relogés dans les cités de transit ou dans des habitations salubres, les travailleurs immigrés doivent payer des pots de vin et faire face à des casse-têtes administratifs sans fin. La situation devient intenable et force est de constater que le rêve vendu par la France aux travailleurs algériens s’est définitivement vidé de sa substance et n’est devenu qu’un miroir aux alouettes... Heureusement, de nombreuses personnes à l’instar de Véronique Hervo ont milité pour défendre les droits de ces travailleurs immigrés et laissé des archives inestimables pour la reconnaissance de ce douloureux épisode de l’histoire de l’immigration en France...

Histoire, mémoire et bande-dessinée, un trio gagnant


Exploitant les enregistrements sonores et les photos collectés par Véronique Hervo au bidonville de La Folie dans les années 60, Laurent Maffré a travaillé ce projet de bande-dessinée dans le cadre de recherches du programme pluridisciplinaire de l’Agence nationale de la recherche (projet Terriat, Territoires de l’attente). Ce projet qui s’intéresse à la mise en attente des communautés en déplacement et en particulier à la manière dont les populations migrantes s’approprient les lieux et les moments de leur trajectoire interrompue, a permis cet excellent travail mémoriel sur l’histoire de l’immigration en France. Largement inspiré des témoignages des habitants et des documents d’archives hérités de Véronique Hervo, Laurent Maffré qui met intelligemment son talent de dessinateur et de narrateur au service d’un récit mêlant réalité et fiction, prouve une fois de plus que le 9è art sait avec justesse et brio, s’illustrer et se mettre en scène dans des projets scientifiques aux objectifs ambitieux comme des travaux sur l’histoire et la mémoire de l’immigration. Aussi, pour ses sobres dessins aux innombrables et minutieux détails, pour l’alternance de certaines planches aux applats gris marquant des situations tristes, tragiques ou angoissantes avec une majorité de planches en noir et blanc dominées par la clarté, pour la richesse de son contenu (malgré ses quelques 160 pages, cette bande-dessinée propose un contenu très riche), pour la qualité de ses propos (pas de jugements, ni de condamnations), Demain, demain est une lecture à découvrir absolument... Une formidable réflexion sur la thématique de l’exil qui devrait tous nous interpeller à une période maussade marquée par les « crises migratoires » et la montée en puissance des discours identitaires...

Pour compléter cette passionnante lecture, je vous invite à découvrir le web documentaire intitulé 127, rue de la Garenne, le bidonville de la Folie, Nanterre (frise multimédia illustrée et enrichie par les commentaires de Véronique Hervo et par les témoignages des habitants du Bidonville à l’poque) qui accompagne l’ouvrage (co-production de Arte).



Enfin, comme toujours, si vous souhaitez vous procurer cet ouvrage sur Amazon, notez qu’il est disponible via le lien suivant : Demain, demain : Nanterre, bidonville de la folie 1962-1966.

Détails bibliographiques


  • Titre : Demain, Demain
  • Sous-titre : Nanterre, bidonville de la folie, 1962-1966
  • Auteur : Laurent Maffre et Véronique Hervo (127 rue de la Garenne)
  • Éditeur : Actes Sud
  • Collection : Bande-dessinée
  • Date de parution : Avril 2012
  • Nombre de pages : 160 p.
  • ISBN : 978-2330006228
  • Couverture : © Laurent Maffre

Partager cet article :

Enregistrer un commentaire