ie J'ai tué - Mikhail Boulgakov - Les embuscades littéraires d'Alcapone
Bienvenue sur le blog de lecture d'Alcapone

J'ai tué - Mikhail Boulgakov

Toutes les nouvelles de ce recueil sont inspirées des expériences personnelles de Mikhaïl Boulgakov. Écrits entre 1916 et 1926, ces textes témoignent d'un esprit profondémment angoissé. Comme s'il n'avait retenu que l'absurdité et l'horreur des événements marquants de cette Russie alors en plein déclin (chute du tsarisme et guerre civile en Ukraine en 1919), Boulgakov traduit avec désarroi les doutes qui ne cessent de hanter son âme. Abandonnant son scalpel au profit de la plume, le médecin devenu auteur, livre dans ce recueil des récits sur lesquels plane dangereusement l'ombre de la folie. " Ainsi a pu naître, chez l'écrivain soviétique, ce que l'on a appelé son " fantastique noir ", c'est à dire la prolifération de formes sombres, insolites et déroutantes, parfois hallucinatoires et diaboliques, un monde de fantasmagories d'une angoissante absurdité que pourrait illustrer la célèbre phrase de Goya " le sommeil de la raison engendre les monstres " (extrait de la préface de Nicole Chardaire).

De ces cinq nouvelles où la fiction le dispute au réalisme, celles que j'ai préféré sont La couronne rouge et L'éruption étoilée. J'imagine que ce ne sont pas les textes les plus significatifs du " fantastique noir " de Boulgakov mais ils m'ont semblé refléter les traumatismes et les tourments de l'auteur : culpabilibité, folie, désespoir pour La couronne rouge (publié en 1922) et solitude et maladie pour L'éruption étoilée (rédigé au début des années 1920 mais publié en 1926), ces deux textes marquent deux événements décisifs dans la carrière de Boulgakov. L'éruption étoilée qui évoque sa vie de jeune médecin à la campagne annonce en effet sa spécialisation dans la vénérologie (on notera cependant que contrairement à d'autres textes, cette nouvelle ne sera pas intégrée aux Récits d'un jeune médecin). La couronne rouge qui sera intégrée à un chapitre historique du roman Maître et Marguerite, signe quant à elle, la reconversion définitive de Boulgakov à l'écriture. Bien que ces textes soient courts, j'en ai apprécié le ton et la portée car ils se réfèrent implicitement à l'histoire d'une Russie alors minée par la Révolution bolchévique et divisée par la guerre civile (russes rouges contre russes blancs). Je n'ai pas trouvé ces nouvelles percutantes (peut-être Boulgakov s'est-il auto-censuré ?) mais à la manière d'une invitation timide, elles incitent à approfondir la lecture de l'écrivain russe qui venait de Kiev...

Pour vous procurer le livre via Amazon, rendez-vous sur le lien suivant : J'ai tué 

Table
Le feu du Khan Tougaï
J'ai tué
Le raid
La couronne rouge
Psaume
L'éruption étoilée

Extraits :
C'est vrai. Je n'ai pas d'espoir. Dans l'angoisse brûlante des ténèbres, j'attends, mais en vain, que revienne le vieux r^ve de la pièce familière, des yeux rayonnant d'une lumière paisible. Rien de tout cela n'existe, rien ne sera jamais plus. p.81 (extrait de La couronne rouge)
Je découvris que la syphilis, ici, avait ceci d'effrayant qu'elle n'effrayait personne. Et c'est pourquoi, au début de ce récit, je me suis souvenu de cette femme au yeux noirs. Je me suis souvenu d'elle avec unee sorte de chaleureux respect - précisément parce qu'elle avait eu peur. Mais elle était la seule ! p.111 (extrait de L'éruption étoilée
  • Titre : J'ai tué
  • Auteur : Mikhaïl Boulgakov
  • Éditeur : Livre de poche
  • Collection : Biblio
  • Traducteur : Barbara Nasaroff
  • Commentaire : Nicole Chardaire
  • Date de parution : Janvier 1990
  • Nombre de pages : 115 p.
  • Couverture : Dessin de Rozier-Gaudriault
  • ISBN : 2-253-04774-0
Partager cet article :

2 commentaires :

  1. Tout ça parait bien mitigé... Il faut dire qu'il est difficile de retrouver la force d'un Maître et Marguerite dans un autre livre. J'avais bien apprécié le Romande monsieur Molière (http://www.leblogdesbouquins.fr/2012/07/le-roman-de-monsieur-de-moliere-de.html), mais c'est peut-être avant tout parce qu'il n'était pas possible de le comparer au Maître... (c'est une biographie).

    RépondreSupprimer
  2. J'ai tué est l'unique livre que j'ai lu de Boulgakov. J'ai évidemment noté Maître et Marguerite. Je viendrais probablement au Roman de Monsieur Molière. En attendant, je vais déjà jeter un oeil à la chronique sur le Blog des Bouquins.

    RépondreSupprimer