ie Masques dans le miroir - William Schnabel - Les embuscades littéraires d'Alcapone
Bienvenue sur le blog de lecture d'Alcapone

Masques dans le miroir - William Schnabel

Howard Phllips Lovecraft était connu pour sa nature ambigüe (on a pu dire de lui qu'il était étrange, raciste, asexué, solitaire...). C'est peut-être l'une des raisons pour laquelle son immense héritage littéraire tout autant que son personnage complexe continuent aujourd'hui de fasciner le public. Au regard de ce caractère singulier, le double, sujet inhérent à la littérature fantastique, prend inévitablement chez l'auteur une dimension particulière : la plupart de ses productions sont si profondémment empreintes de dualité qu'il est difficile de comprendre l'univers lovecraftien sans décodage. Les études sur Lovecraft ne manquent pas. Pourtant, le double lovecraftien n'avait encore jamais fait l'objet d'une étude approfondie. Grâce à Maques dans le miroir, William Schnabel spécialiste de littérature fantastique, entend remédier à ce manque par une analyse littéraire et psychanalytique du double lovecraftien à la lumière de l'oeuvre de l'auteur mais aussi à celle de ses correspondances personnelles.

Si l'oeuvre de Lovecraft est connue du public, c'est souvent par le biais de l'Appel de Chtulhu ou de L'affaire de Charles Dexter Ward (ce fût mon cas). Selon Schnabel, si l'oeuvre de l'auteur est digne d'intérêt, c'est finalement parce qu'elle " constitue une interrogation sur l'homme et sa place dans l'univers, sur l'homme et sa vraie nature, le rôle de la science, le monstrueux, la grandeur et les faiblesses de la civilisation, le temps, l'abîme..." p.13. Masques dans le miroir aborde la question du double lovecraftien au travers de la personnalité de l'auteur (pessimisme, angoisse, penchant pour la solitude, puritanisme, fort attachement aux racines familiales, rêverie), des événements (syphillis du père, mort du grand-père, castration de la mère, mariage avec une juive) et des faits (pureté raciale, crise nerveuse, révolution industrielle) qui l'ont durablement marqué : " Masques dans le miroir porte non seulement sur les représentations les plus évidents du double chez Lovecraft (les personnages dédoublés), mais aussi sur la relation intime, toujours manisfeste, entre l'auteur et ses narrateurs-protagonistes. Doubles métamorphiques, doubles oniriques, doubles par possession, doubles gémellaires et doubles monstrueux : les visages du double lovecraftien sont multiples. Les " monstres familiers " de Lovecraft semblent bien faire partie de son cercle intime : contraint de les côtoyer quotidiennement, il les a en quelque sorte apprivoisés. Les différents aspects de l'existence de Lovecraft reflètent dans ce miroir littéraire en autant d'images filtrées, condensées, déformées ou grossies, véritables métaphores obsessionnelles qui montrent à quel point les monstres lovecraftiens ne sont pas prisionniers de sa fiction : ils reflètent la richesse de sa pensée et les turbulences de son existence.". Cet extrait de la 4e de couverture traduit bien l'intention de William Schnabel. Cette incursion " archi-documentée" dans l'univers du double lovecraftien révèle au délà de toute considération purement littéraire, une nature profondémment pessimiste mais également rétrograde, qui a sensiblement marqué l'écriture de " l'écrivain de Providence ". 

La thématique étudiée présente un intérêt certain. Cependant, j'aurais quelques réserves : s'il est vrai que la personnalité et la vie d'un auteur soient irrémédiablement indissociables de son oeuvre, il est lassant de constater la tentation de l'analyse psychanalytique. J'ai retrouvé dans cette étude beaucoup de points communs avec ce que je détestais en cours de français. A savoir des interprétations, des démonstrations et des conditionnels qui bien qu'ils soient argumentés, n'apportent finalement à mon sens, que peu de valeur dans la compréhension de l'oeuvre. Comme si l'inspiration créative de Lovecraft n'était quasiment mue que par l'inconscient freudien. Bien sûr, comprendre la psychologie d'un auteur permet d'en appréhender le travail mais je pense pour ma part, en tous cas je veux le croire, que Lovecraft obéissait avant tout à son instinct de création et que son énergie créatrice ne répondait forcément à l'expression de ses frustrations ou de ses angoisses. D'un point de vue littéraire, le double est un thème largement récurrent : Oscar Wilde (Le portrait de Dorian Gray), Kafka (La métamorphose), Dostoiesvki (Les possédés), Stevenson (Docteur Jekyll and Mister Hyde), se sont tous frottés au sujet et ont produit des textes aujourd'hui références en la matière. Mais quelles sont les raisons de cette fascination pour ce thème ?  De cette phrase qui résume assez bien le constat sur nos propres rapports au double : " Depuis des millénaires, l'homme et son double sont indissociables. Les ethnologues ont montré la difficulté de se débarasser d'un contenu enraciné si profondémment dans l'inconscient collectif. Que cela soit sous forme de rêves ou de cauchemars, de revenants ou de fantômes, de l'âme ou de l'esprit, de la métamorphose ou de la possession démoniaque, de la vie ou de la mort, du ça ou du surmoi, de l'égo ou de l'alter égo, le double fait partie de notre existence de tous les jours. Ses pouvoirs sont donc considérables : il ne meurt pas avec le corps, il peut se métamorphoser, il peut quitter le corps pendant le sommeil pour faire des voyages extatiques, etc. Qu'il s'agisse de séjourner chez les dieux ou de descendre aux enfers, nous sommes tous fascinés par la catabase et les poètes plus particulièrement. Dans chacun de nous, il y a un Oprhée et un Phaéton." (p. 129-130), je concluerai en disant que Masques dans le miroir apporte sans aucun doute quelques clés de compréhension de l'oeuvre de Lovecraft mais l'essai n'est pas aussi instructif qu'il y parait : la dissection méticuleuse et " quasi-médicale " des textes par Schnabel gâche un peu la magie du mythe de Lovecraft (j'avoue ne pas m'être attardée sur certains passages dont la lecture m'a été fastidieuse) et j'ai trouvé certains passages longs. Ceci dit, cette analyse constitue un lien logique parfait avec le dernier numéro 21 du Visage vert que j'ai lu dernièrement et qui se consacre au sujet du masque. Lisez donc les deux ouvrages, si comme moi, vous vous intéressez à la question car vous y trouverez de nombreuses références toutes plus monstrueuses les unes que les autres...

Pour vous procurer le livre via Amazon, rendez-vous sur le lien suivant : Masques Dans le Miroir 

Extraits :

Dans l'univers de nos rêves, le monde tangible et réel ressemble à un phénomène purement psychique. Le réel est au rêve ce que le rêve est au réel. Lovecraft suggère que nous avons tous une double existence, que nous avons tous un double onirique qui se libère dans l'univers de nos rêves. p.99

Table
Introduction
Lovecraft et ses doubles
Personnages dédoublés
Conclusion
Bibliographie sommaire
Index
Notes


  • Titre : Masques dans le miroir
  • Sous-titre : Le double lovecraftien
  • Auteur : William Schnabel
  • Éditions : La Clef d'Argent
  • Date de parution : Mai 2002
  • Nombre de pages : 171 p.
  • ISBN : 2-908254-35-2

Partager cet article :

Enregistrer un commentaire